Endocrinologie, Métabolisme et Nutrition : le site des Journées de la Pitié-Salpêtrière

 
 
 
 
 

Diabète et peau

Camille Francès

Diabète et peau


Plus de 50% des patients diabétiques présentent une atteinte cutanée en rapport avec leur diabète. On distingue les dermatoses associées au diabète, les manifestations cutanées compliquant le diabète et celles associées aux traitements.

Parmi les dermatoses associées au diabète, on retrouve :

  • La classique nécrobiose lipoïdique. Cette dernière reste rare puisque sa prévalence chez les diabétiques est estimée à 0,3%. Il s’agit de lésions de la face antérieure des jambes, rouges-brunes puis jaunes-orangées, dont l’extension est centrifuge. La sévérité des atteintes est très variable, pouvant aller jusqu’à des ulcérations diffuses majeures. Le diagnostic positif est histologique. Le traitement repose principalement sur les dermocorticoïdes sous occlusion. Rarement, on peut être amené à réaliser des exérèses-greffes et/ou à utiliser des traitements immunosuppresseurs ou anti-inflammatoires comme la ciclosporine ou les anti-TNF.
  • L’acanthosis nigricans est observé principalement dans les plis du cou ou sous les aisselles. C’est un témoin de l’hyperinsulinisme. La physiopathologie évoquée est celle de la forte affinité de l’insuline pour le récepteur IGF des kératinocytes qui favoriserait l’épaississement cutané et l’hyperpigmentation. Le traitement passe principalement par la perte de poids. Un traitement local par rétinoïde, vaseline salicylée ou calcipotriol peut être proposé.
  • L’angiodermite nécrotique ou ulcère de Martorell est une ulcération superficielle à bords purpuriques déchiquetés qui s’observe principalement chez les hypertendus (90%) et/ou les diabétiques (30%). Contrairement à l’ulcère artériel classique, elle n’est pas associée à l’artériopathie oblitérante des membres inférieurs. Sa régression est centripète et très rapide
  • L’érythème nécrolytique migrateur, souvent observé au niveau des régions périorificielles et des extrémités doit faire évoquer un glucagonome
  • Le vitiligo, auto-immun, est surtout associé au diabète de type 1.

Les atteintes cutanées du diabète peuvent aussi être la conséquence des complications vasculaires et neurologiques de ce dernier

  • Les lésions classiques : le mal perforant, les ulcères artériels…etc.
  • La bullose diabétique (en général posttraumatique), dont le diagnostic différentiel, la pemphigoïde bulleuse, doit être éliminée par l’histologie avec immunofluorescence,
  • La dermopathie diabétique qui consiste en des lésions rondes, pigmentées, bilatérales et atrophiques et dont l’apparition est corrélée à la microangiopathie
  • La capillarite purpurique et pigmentée, en rapport avec la fragilité capillaire
  • Le prurit peut être en rapport avec la xérose cutanée mais c’est un diagnostic d’élimination : les autres causes de prurit doivent être éliminées
  • Plus rares, d’autres atteintes peuvent être observées
    • Le sclérooedème de Buschke (sclérose proximale en pélerine) qui est dans 2 à 3% des cas associé au diabète et à l’hyperinsulinisme.
    • La cheiro-arthropathie avec une peau scléreuse et un enraidissement des articulations des mains notamment.
Enfin les traitements peuvent avoir des effets secondaires cutanés : rash maculo-papuleux sous sulfamides, érythème transitoire ou urticaire sous biguanides…etc. Les réactions allergiques au point d’injection de l’insuline sont rares. La clinique permet souvent le diagnostic et distingue les réactions allergiques immédiates ou retardées. On peut s’aider des tests cutanés (pricks ou IDR). Le dosage des IgE spécifiques est actuellement moins sensible. Les traitements proposés sont diverses : anti-histaminiques, dermocorticoïdes, fractionnement en plusieurs points d’injection (pour les réactions retardées) et parfois mise sous pompe à insuline pour induire une tolérance immune.


La fréquence et la diversité des manifestations cutanées dans le diabète nécessite un examen dermatologique soigné. Un avis spécialisé est souvent nécessaire pour éliminer les diagnostics différentiels éventuels et proposer un traitement adéquat.



 
Dernière modification : 25/01/2012