Endocrinologie, Métabolisme et Nutrition : le site des Journées de la Pitié-Salpêtrière

 
 
 
 
 

Florence Travert

Florence Travert :

Actualités sur la metformine


En prévention primaire, les données sur l’effet bénéfique, cardiovasculaire notamment, de la metformine, issues principalement des études de l’UKPDS, semblent assez solides. En revanche, l’intérêt de la metformine en prévention secondaire a peu été étudié. La metformine est d’ailleurs peu prescrite chez les patients à haut risque cardiovasculaire du fait des contre indications d’utilisation notamment dans l’insuffisance cardiaque et dans l’insuffisance rénale.




A  partir du registre REACH et donc via les données recueillies rétrospectivement chez 28000 diabétiques en prévention secondaire,l’effet éventuel de la metformine a donc été analysé. En premier lieu et comme attendu, on observe une faible prescription de la metformine chez ces patients avec uniquement 40% de patients sous biguanides. Les groupes sans et avec metformine sont globalement comparable avec tout de même sous metformine, des patients un peu plus jeunes, un peu plus gros et avec une meilleure clairance de la créatininémie. Pour éviter les biais liés à ces différences, un calcul de Propensity Score a été utilisé, limitant ainsi les acteurs confondants.

On observe une mortalité totale diminuée de 36% sous metformine de façon très significative. Après ajustement sur le Propensity Scoreet les différents facteurs de risque, l’Odd Ratio reste significatif, à 0,76, soit une diminution de 24% de la mortalité dans le groupe traité par la metformine. Les patients sous insuline bénéficient également du traitement par metformine lorsqu’il a été maintenu.

Il est intéressant de regarder de plus près certains sous groupe, chez lesquelles la metformine est théoriquement contre indiquée :

-L’insuffisant cardiaque : qui présente une baisse significative de la mortalité sous metformine

-L’insuffisant rénal : qui présente également un bénéfice sur la mortalité sous metformine. Ce bénéfice est plus important dans la population dont la clairance de la créatininémie était entre 30 et 60 ml/min.

A partir de ces données, on s’interroge bien sûr sur l’éventuelle perte de chance liée à la non prescription de la metformine chez les patients à haut risque et sur l’intérêt potentiel d’un élargissement du cadre de prescription.

Un essai clinique international, randomisé et prospectif est en cours de mise en place à l’hôpital Bichat (service d’endocrinologie du Pr Marre), pour répondre à ces questions. Paradoxalement, les contre indications actuelles de la metformine pourraient devenir, à terme, des indications.

 
Dernière modification : 13/07/2011