Endocrinologie, Métabolisme et Nutrition : le site des Journées de la Pitié-Salpêtrière

 
 
 
 
 

Les index d'insulinorésistance chez le diabétique

                Présentation de Jean Philippe BASTARD :
Les index d'insulinorésistance chez le diabétique               
Cliquez sur l'icône située en bas à droite du lecteur pour afficher la présentation en plein écran.
Cliquez sur la flèche pour faire défiler les diapositives.




La référence en terme d’évaluation de l’insulinorésistance reste le clamp euglycémique :
  • Le débit d’insuline est constant et on perfuse du glucose pour maintenir un niveau stable de glycémie.
  • Plus on doit perfuser de glucose, plus le sujet est insulinosensible, moins on perfuse de gucose et plus le sujet est insulinorésistant.
  • Le cut-off pour dire qu’un sujet est insulinorésistant est fixé à moins de 28 μmol de glucose/min/Kg. Il existe un chevauchement entre diabétiques et non diabétiques.

Le clamp euglycémique est difficile à mettre en place et, de fait, des index plus simples pour évaluer l’insulinorésistance dans les protocoles de recherche ont été recherchés.
Ces index mettent tous en rapport les valeurs d’insulinémie et de glycémie, à jeun. Ces 2 paramètres sont alors mis en équation.

Parmi ces index, on distingue :

Le rapport glycémie/insulinémie. Très simple mais peu fiable, notamment chez le patient diabétique. Sa corrélation avec la méthode de référence est mauvaise. En pratique, c’est un index à ne pas utiliser.

Le HOMA-R : il augmente chez l’insulinorésistant. Sa base est le rapport entre l’insulinémie et la glycémie mais il est peu utilisé en pratique car son calcul est complexe.

Le FIRI est plus simple d’utilisation, assez proche de l’HOMA-R en terme de résultat.

Le QUICKI est un index d’insulinosensibilité (il est donc diminué chez l’insulinorésistant). Sa corrélation avec le HOMA-R et le clamp euglycémique est bonne.

Le revised QUICKI : on ajoute dans le calcul le taux d’acide gras. Ceci améliore encore la corrélation avec le clamp euglycémique notamment chez le non diabétique (chez le diabétique, il y a peu de différence). Ce paramètre n’est utilisable qu’en phase pondérale stable.

Il s’agit donc (en dehors du simple rapport glycémie/insulinémie) d’index fiables qui peuvent être utilisés en recherche clinique, à la place du clamp euglycémique même si ce dernier reste la référence.

L’intérêt principal de ces index reste leur utilisation en recherche clinique, pour évaluer l’insulinorésistance des patients ou pour mesurer l’effet de certains traitements antidiabétiques.

En pratique clinique : pour mesurer l’insulinorésistance d’un patient donné, il vaut mieux utiliser le clamp euglycémique.

L’intérêt de mesurer la part de l’insulinorésistance de façon systématique chez les patients diabétiques, à l’échelle individuelle n’est pas connue et donc non recommandée à l’heure actuelle. 

A noter que dans le diabète de type 1, seul le clamp euglycémique peut être utilisé pour évaluer l’insulinorésistance.

 
Dernière modification : 24/02/2011